Mon enfant ne parle pas à 3 ans… est ce normal ? 

Un enfant peut tarder à s’exprimer de la même manière qu’il peut tarder à marcher. Il peut également avoir de véritables difficultés langagières. Alors, quand faut-il s’inquiéter ? Faut-il consulter tout de suite ? On répond à vos questions !

parler : qu’est ce que c’est pour un enfant ? 

L’expression des enfants est indéniablement très différente des adultes car en cours d’acquisition. Il ne faut pas avoir des exigences trop hautes. L’enfant n’est pas tout de suite en mesure de construire une phrase, il va davantage fonctionner par associations de mots sans les lier. Par exemple, “Papa, tétine” peut-être considérée comme une phrase.

Pour se faire comprendre, l’enfant utilise beaucoup la gestuelle. D’ailleurs, un enfant qui prononce des mots est un enfant qui parle. Les phrases viendront avec le temps tout comme le vocabulaire. 

Pourquoi certains enfants ne parlent-ils pas ? 

Les premiers mots arrivent entre 10 et 16 mois et les premières phrases vers les 2 ans. Mais, il s’agit là de moyennes et de repères. Chaque enfant a son rythme et il n’est pas toujours utile de s’inquiéter si son enfant de trois ans ne parle pas. 

(…) La parole viendra quand ils le voudront, et sans problème.

Un enfant peut simplement ne pas voir l’utilité de parler car ses parents répondent à ses besoins avant qu’il demande. L’enfant peut aussi préférer se faire comprendre par la gestuelle plutôt que par les mots. Pour les enfants avec un ou des aînés, ils peuvent aussi préférer laisser leur grande-soeur ou leur grand-frère s’exprimer pour eux.

Dans ces cas, ces enfants n’auront pas de difficultés langagières, la parole viendra quand ils le voudront et sans problème. En revanche, certains enfants sont vraiment dans l’impossibilité de parler.

Qu’est-ce qui peut causer une apparition tardive de la parole ? 

Si un enfant ne parle vraiment pas ou s’arrête de parler, il peut y avoir des raisons médicales. L’enfant peut notamment être sourd, avoir une otite sévère non-douloureuse, un bouchon.

Son audition étant affectée, l’apprentissage du langage est nécessairement retardé ou stoppé. L’enfant peut aussi avoir des problèmes linguistiques, de diction ou des troubles mentaux. 

Comment identifier de véritables problèmes langagiers ? 

Pour vérifier dans quel cas de figure se trouve votre enfant, vous pouvez réaliser quelques petits tests. L’enfant peut deviner certains mots, certaines phrases car il vous connaît et en fonction de votre regard et votre gestuelle. Alors, essayez de vérifier s’il comprend ce que vous lui dites sans qu’il puisse s’appuyer sur des repères. Par exemple, demandez à votre petit de prendre son doudou en regardant ou montrant du doigt un livre.

Si l’enfant semble interloqué, ne pas comprendre ou qu’il rit, il a compris que le livre n’est pas son doudou. En bref, il reconnaît les mots que vous avez employés. Tentez également de lui faire dire des mots. Lors d’une promenade, faites lui identifier les éléments qui vous entourent. “Regarde la petite fille, elle joue avec son … ballon” Placez un temps de pause pour lui donner envie de répondre mais n’attendez pas trop longtemps pour donner une réponse. Avec des petits exercices dans ce style vous pourrez savoir si votre enfant comprend les mots et s’il vous entend.  

Quelle marche à suivre si on constate que son enfant a des difficultés ? 

Si vous constatez que votre enfant à des difficultés, il faudra consulter des spécialistes. En premier lieu, il s’agit de consulter un ORL pour qu’il puisse diagnostiquer un potentiel trouble auditif : surdité, otite sévère, bouchon… Dans un second temps, pensez vous à vous rendre chez un/une orthophoniste qui vous proposera certainement un bilan orthophonique pour détecter un éventuel trouble langagier. 

Consultez un pédiatre ou un ORL

Ces spécialistes sauront vous aiguiller pour développer le langage de votre enfant et trouver des solutions pour l’aider. 

Comment développer l’expression de son enfant ? 

Forcer son enfant à parler n’aide pas nécessairement, cela peut le bloquer. En revanche, vous pouvez l’inciter à utiliser des mots. Par exemple, demandez-lui ce qu’il veut, reprenez les phrases qu’il a mal formulées, posez des questions simples. Veillez à être attentif à ce qu’il dit. Faites-vous violence pour parler en articulant, insistant sur des mots importants, ralentir votre débit tout en maintenant le ton de conversation.

Proposez également des activités en lien avec la parole, chanter des comptines, lire des histoires. Si votre enfant a eu un diagnostic d’un ORL et/ou d’un/une orthophoniste, suivez autant que possibles les conseils de ces spécialistes. 

Laisser un commentaire